Browsing Category

Lectures/livres vus sur mon Instagram

0 In Lectures/livres vus sur mon Instagram/ Rayonnage Jeunesse

Mes cheveux

 » Nos cheveux sont définis en fonction de la forme de leurs boucles. Nous avons des cheveux de type 4C, donc très frisés. Toutes les personnes issues d’Afrique noire ont les cheveux de type crépu. Ce sont les caractéristiques des personnes originaires de certains pays de ce continent. Chacun a un type de cheveu unique au monde, selon ses origines. Nos cheveux poussent en spirale et sont fragiles, voilà pourquoi il faut en prendre grand soin. Ils aiment beaucoup le soleil et la chaleur. Ici, à Paris, le climat est plutôt sec, donc c’est à nous de leur apporter l’hydratation qui leur manque. Plus on s’en occupe avec soin et plus ils poussent en bonne santé.

Et voilà pour ce soir ma chérie, demain je te parlerai de l’hydravion. Maintenant au dodo ! Je t’aime. Papa et Maman t’aiment fort. Bonne nuit ma Princesse afro.

– Moi aussi maman je t’aime. Bonne nuit. »

Eh oui, nous sommes tous né.e.s avec une couleur de peau différente, mais notamment avec des cheveux différents et ce n’est pas une raison pour s’en moquer. Souvent les cheveux AFRO, crépus sont moqués (touchés aussi et ce n’est pas apprécié). Cela touche les petites filles dès leur plus jeune âge et elles grandissent avec ce complexe parfois toute leur vie. À travers ce livre, la mère apprend à sa fille le fait d’accepter ses cheveux crépus ! Hashley (LITTLE NAPPY) doit être fière d’avoir pu publier cet ouvrage très important, sorti en Septembre 2019. C’est le premier tome d’une longue série afin que les petites filles Noires puissent se voir et se représenter : elles sont belles et doivent êtres fières de leurs cheveux !

C’est aussi un album jeunesse qui est écrit en français-anglais. Je vous invite à aller visiter son site ainsi que son Instagram : LITTLE NAPPY. Vous y ferez de très belles découvertes ! La suite est à venir …. mes #hambrovores.

Little Nappy, TOME 1, d’Harley Auguste, illustré par Audrey Boon, 34 pages, 3-5 ans

@hambreellie

0 In Lectures/livres vus sur mon Instagram/ Rayonnage Jeunesse

Jolie AFRIQUE

Ce petit livret ressemble à un petit carnet que l’on recevrait à l’école pour découvrir l’Afrique. J’ai pris plaisir à le lire. Les dernières pages sont pleines de photos et c’est amusant. C’est un album jeunesse enrichissant et à découvrir !

Mon rêve d’Afrique de Sandy N’Golo, illustré par Maxime Cavallini aux Éditions SHIYO ÉDITIONS, 24 pages, à partir de 2 ans, (2020).

@hambreellie

0 In Lectures/livres vus sur mon Instagram/ Roman

Noir.e.s

C’est presque la fin du monde là où vit Ashley :

 » À Los Angeles, on dit qu’il existe quatre saisons : les incendies, les inondations, les tremblements de terre et la sécheresse. »

Ashley n’a que 17 ans, adolescente, elle a toute sa vie devant elle, et pourtant elle connaît déjà cette forme de racisme tant médiatisée :

« L’agent était plus jeune que ma mère et avec un bouc blond – son bouc du lycée sans doute. Il avait une tête d’ex-harcelé devenu harceleur ; c’était le genre de gamin à la fois trop gros, trop pauvre ou trop stupide, et qui désormais jubilait de pouvoir interpeller toute personne qui lui paraissait « trop » quoi que ce soit. Dans le cas de ma mère et moi, « trop » noires.

Cependant, elle et sa famille vivent dans un quartier bourgeois et Ashley côtoient des personnes Blanches. Ses amies sont blanches :

 » – Je ne comprends pas pourquoi tu passes ton temps avec ces filles alors que tu me répètes qu’elles sont horribles, dit Lucia. »

À cet âge-là, la vie est compliquée, boursoufflée par des mésaventures, des découvertes, des choix :

« Parfois, j’ai l’impression que grandir signifie trouver un coin sûr où s’abriter quand la terre tremble, des gens de confiance contre qui se serrer, des racines solides. »

J’ai aimé ce roman que j’ai lu en une traite. L’histoire qui se déroule autour d’Ashley, semblable à un arbre de vies modernes, aux relents déguisés par le passé :

« Tous les cinq ont emménagé dans une petite maison d’un quartier ouvrier calme qui, après des années de négligence sociale et de lois discriminatoires, est devenu un ghetto. Mais avant, c’était un coin arboré, avec des pelouses toutes vertes et des voisins attentionnés qui vous racontaient leur vie en arrosant leurs plantes. Ils étaient venus à Los Angeles pour échapper à Jim Crow, pour bénéficier de quelques orangeraies, de la brise océanique et du soleil éclatant. »

Alors, dans ce roman, vous n’allez pas découvrir un personnage menant une vie de rêve, dorée ou facile. Non, cette future jeune femme s’apprête à affronter son avenir, à se poser les bonnes questions dans un monde où être Noir.e.s au 20ème siècle reste le même problème à surmonter au 21ème siècle :

« Parfois, c’est difficile d’être une fille, et c’est difficile d’être noire. On porte un double fardeau mais on n’a pas le droit de s’en plaindre. Il y a tellement de choses à se rappeler pour se conduire comme il faut. »

Je vous laisse donc découvrir cette petite merveille !

The black kids de Christina Hammonds Reed, traduit par Rosalind Elland-Goldsmith, aux Éditions SLALOM, Collection SLALOM, 416 pages, à partir de 13 ans (3.06.21)

@hambreellie

0 In HISTORIQUE/ Lectures/livres vus sur mon Instagram/ Période esclavagiste

Esclavage, destin, réalité, …

C’est avec un grand enthousiasme que je rédige cette petite chronique (oui petite car tout est dit et parfaitement résumé dans ce livre) !

Ce livre est apparu dans mes mains il y a quelques semaines et j’ai ADORÉ ma lecture. D’autant plus que je l’ai lu deux fois !

Je me suis enrichie de notions jusqu’alors inconnues ! Une destination nouvelle s’est offerte à moi : celle de pouvoir visualiser mes proches, ma famille, mes ami.e.s, mon entourage, …. autrement. Pouvoir se dire et espérer que nous pouvons en tant qu’êtres humains vivant sur nos terres : puiser cette force et ce courage qui est à nous et en nous, et qui a toujours été là (nos ancêtres, hein) pour aller de l’avant et orienter nos îles vers nos performances intellectuelles, physiques … et tout ce que nous désirons à ce jour !

Matthieu Gama, auteur formidable, nous livre ici ses maux. Car oui, il y a de la souffrance dans ce récit, mais il y a aussi de l’espoir, car il n’est pas seul !

Indépendance ? Pas indépendance ? Référendum ? ….

Ce texte semblable à un manifeste envisage une nouvelle ère …. pour notre histoire et j’accompagnerai volontiers Matthieu Gama ainsi que les autres !

LE JOUR OÙ LES ANTILLES FERONT PEUPLE de Matthieu GAMA

@hambreellie

0 In Lectures/livres vus sur mon Instagram/ Rayonnage Jeunesse

Nous comptons toutes et tous !

Cet album jeunesse est une petite pépite qui manquait dans l’univers de la littérature jeunesse. Ce manque de diversité au sein de la littérature jeunesse. On y retrouve donc un récit métaphorique sur le thème de l’importance de chaque être, animaux et éléments.

À lire avec ses enfants !

TOI AUSSI, TU COMPTES de Christian Robinson, traduit par Laure Delattre, Éditions HÉLIUM, Collection HÉLIUM ALBUM, Février 2021, 40 pages, à partir de 3 ans

@hambreellie

0 In Lectures/livres vus sur mon Instagram/ Livres de mon FEED Insta/ Roman

Un chef-d’oeuvre

Ce livre a été récompensé plusieurs fois : normal ! Il est gorgé d’une puissance littéraire !

Jojo s’occupe de tout : de sa petite soeur, de la maison, de sa grand-mère, de sa mère, … il entretient une relation extraordinaire avec son grand-père. Il grandit vite le petit Jojo, il grandit dans les méandres laissés par les autres : la prison, la drogue, la maladie, la faim, la pauvreté.

Il est entouré d’un halos de terreur, mais il survit pour sa petite soeur, cette petite bouille qui n’a rien demandé.

Les phrases sont ciselés et avec elle la tristesse semble accentuer le malheur des ses hôtes ! et à travers elle résonne une chanson bien réelle !

Le Chant des revenants de Jasmin Ward, traduit par Charles Recoursé, Éditions BELFOND, Collection LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE, Février 2019, 272 pages

@hambreellie

0 In HISTORIQUE/ Lectures/livres vus sur mon Instagram/ Livres de mon FEED Insta/ Période esclavagiste/ Rayonnage féministe

Noire je suis et Fière !

(…)  » Je veux seulement vivre le plus honnêtement possible, et donner ce que j’ai à offrir aux êtres humains – de tous types, noirs, blancs ou jaunes -, parce que c’est ainsi que je veux vivre – en ne vendant rien de médiocre aux gens – et parce que nous faisons tous partie de ce jeu insensé qu’on appelle la vie ensemble. Et je veux toujours vivre simplement – en vagabondant une partie de ma vie – trouvant le repos et la joie dans un lever de soleil, une averse – trouvant mon bonheur dans le sourire d’autrui.  » (…)

C’est ainsi que la narratrice débute son journal. Elle y parle de l’Amérique. Cette Amérique dont tout le monde rêve : (…)  » Je ne sais pas comment tu as survécu ! J’ai traversé en long en large et en travers ce foutu pays et je jure devant Dieu, je ne sais pas comment tu as survécu ! Cet endroit est mille fois pire que l’Afrique du Sud ! Putain, mes, l’apartheid a piétiné notre dignité mais elle nous a laissé notre culture. Il nous reste encore notre lignée, nos traditions ...  » (…)

Un journal à lire, décortiquer …

Journal d’une femme noire de Kathleen Collins, aux Éditions DU PORTRAIT, Juin 2020, 150 pages

@hambreellie

0 In ECOLOGIE/ Lectures/livres vus sur mon Instagram/ Livres de mon FEED Insta/ Rayonnage Jeunesse/ Roman

Ma forêt

(…)  » – Notre maître chasseur a raison. Nous sommes des Pygmées, des hommes de la forêt. Nous chassons les animaux, pas les hommes. Alors, s’il vous plaît, posez vos armes et dites-nous pourquoi vous êtes venus jusqu’ici !  » (…)

Une forêt, des exploitants, puis un village, un peuple de Pygmées vivant dans la forêt … se battre pour éviter une déforestation !

Le gardien des moabis de Céline Jacquot, aux Éditions MUSCADIER, Collection RESTER VIVANT, à partir de 9 ans

@hambreellie

0 In HISTORIQUE/ Lectures/livres vus sur mon Instagram/ Livres de mon FEED Insta/ Rayonnage Jeunesse/ Roman

Tristes souvenirs

Cela se passe dans le quartier de Sterling Point. Là où tout semble abandonné : (…)  » Les réverbères flottent au-dessus des brumes de cannabis, les rues et les allées sont défoncées par les nids-de-poule, les nains de jardin sont criblés de balles. Tout est moche, merdique, sauf les fresques peintes sur les murs représentant des African Queens à la tête haute ou Tupac avec son petit sourire.  » (…)

Les habitants tentent d’exprimer une certaine joie : (…)  » Des parents se reposent devant chez eux en sirotant une boisson fraîche. Tout est faux. Faux sourire, faux bonjour, fausse tranquillité.  » (…)

Dans mon quartier, tous les jours se ressemblent, toutes les histoires s’assemblent : (…) « Par terre, du sans, sur la bouche du pauvre garçon, plein de sang, dans ses yeux, la désolation, il tousse, pleure, s’étouffe, crie, s’étouffe, pleure, tousse, supplie pour que la torture s’arrête, jusqu’à ce qu’il se taise, évanoui.  » (…)

Je suis Noir, mon jumeau est Noir, mon entourage est Noir, dans mon école ils sont Noir(e)s : POURQUOI CETTE COULEUR DE PEAU dérange t-elle plus que les autres ? Ma génération future va t-elle commencer sa vie dans les cercueils ? : (…) « Je ne sais pas pourquoi, mais je commence à me détester, à m’apitoyer sur moi-même, parce que je suis Noir depuis trop longtemps, parce que je représente une telle menace pour la société avec cette peau, à cause des mots qui viennent à l’esprit de certaines personnes quand elle me voient.  » (…)

Alors nous vivons dans la peur malgré le fait que je veuille faire des études, intégré le MIT, aller en boîte de nuit, rencontrer une fille …

Telle est ma vie et celle de Tyler Johnson, mon frère qui était lui aussi une BELLE PERSONNE !

Tyler Johnson était là de Jay Coles, traduit par Brigitte Hébert, Éditions LIVRE DE POCHE, Collection JEUNESSE, 256 pages, à partir de 13 ans

@hambreellie