0 In Interviews

La plume diverse et belle

Voici l’interview de Séverine Vidal

@hambreellie : Vous êtes aujourd’hui une grande autrice jeunesse, comment le vivez-vous, par rapport à votre ancien métier ?

@Séverine : Oui, c’est vrai, je mesure 1m81 ! Je rigole parce que je ne me considère pas comme une grande autrice : ce qui m’anime, c’est le doute et j’aimerais que ça dure ^^

@hambreellie : Comment se déroulent vos journées d’écriture ?

@Séverine : Hum…. c’est très variable (et c’est ce que j’aime justement). Certaines périodes (comme le premier confinement) sont peu propices à l’écriture, je tourne alors autour de mes personnages, je réfléchis, je procrastine, je prends un thé puis deux, je réponds à mes mails, je jardine, bref je fais tout sauf écrire. Heureusement, ça ne dure pas !

Pendant les journées d’écriture dans les périodes où tout semble facile et couler de source, je démarre ma journée par une grande balade en forêt qui me rassemble. J’allume les bougies qu’il faut, je me fais un thé aux épices et je monte me mettre au travail vers 10h. Je choisis la musique je vais écouter en boucle, celle qui colle parfaitement à l’écriture du roman en cours. Sans elle, je ne peux écrire. En ce moment, c’est Philip Glass, la BO de la série Tales from the loop. J’écris deux heures, je vais refaire une balade (avoir un chien aide à garder ce rythme d’écriture / marche qui me convient bien), je mange un peu (dehors s’il ne pleut pas, même quand il fait très froid !). Je retourne écrire environ trois heures. Je relis ce que j’ai écrit dans la journée, à haute voix. Je reprends ce qui m’apparaît alors comme maladroit ou bancal, ou au contraire je rends bancale une tournure trop lisse, j’apporte du bazar dans les mots trop rangés. Le soir, à l’apéro, devant le feu, je lis à mon amoureux le chapitre écrit dans la journée. Il est mon premier lecteur, c’est sur lui que je teste tout, que je vérifie qu’il rit là où c’est censé être drôle, qu’il s’émeut du passage que je voulais plus sensible.

@hambreellie : Votre ancien métier en tant que professeur ne vous manque pas ?

@Séverine : Non, aucunement ! Je suis enchantée d’avoir donné ma démission en 2011. J’ai aimé ce métier, je l’ai adoré même. Mais je ne pourrais pas revenir en arrière. J’ai fait le choix de la liberté par rapport à la sécurité, j’ai pris ce risque et j’en suis ravie.

@hambreellie : Combien de projets avez-vous pour 2021 ?

@Séverine : OUH ! Beaucoup de projets !

En 2021, paraîtront :

  • trois romans pour ados : L’été des Perséïdes et Sous ta peau, le feu chez NATHAN
  • une biographie romancée d’Isabella Bird chez ALBIN MICHEL
  • un roman court : Tu reverras ton frère chez NATHAN, Collection Court Toujours
  • trois bandes dessinées ADULTES : Le plongeon chez GRAND ANGLE avec Victor Pinel, la biographie de Georges Sand chez DELCOURT avec Kim Consigny et Naduah chez GLÉNAT avec Vincent Sorel
  • deux bandes dessinées Jeunesse
  • une série chez AUZOU
  • et une bande dessinée sur l’ÉCOLOGIE MILITANTE
  • pas mal d’albums chez MANGO, MARCEL et JOACHIM, chez MILAN dont un pop-up avec Adolie Day !

Une foule de livres donc : ceux prévus initialement en 2021 et les « reportés » de 2020 pour chaud de covid.

Des projets … pas mal de projets BD donc une adaptation de mon roman Pëppo.

@hambreellie : Un jour, allez-vous écrire pour les adultes ?

@Séverine : J’écris déjà régulièrement pour les adultes, en BD. Et puis la frontière entre les romans grands ados/jeunes adultes et la littérature dite « générale » est mince. D’ailleurs, Quelqu’un qu’on aime va sortir en poche, au rayon adulte. Un changement de couverture suffit à lui faire passer le cap 🙂 ! Beaucoup de mes lecteurs et lectrices sont adultes.

@hambreellie : OUI TOUT COMME MOI !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Résoudre : *
20 + 2 =